Recyclage des mégots de cigarettes, il est temps d’agir !

Mégots au sol à recycler

Les mégots de cigarette jalonnent les rues et les plages du monde entier, ils constituent un véritable poison pour l’environnement. De par la quantité de matières toxiques qu’ils contiennent, les mégots sont des déchets très difficiles à recycler.  Pour lutter contre ce fléau, des entreprises travaillent aujourd’hui en France au recyclage des mégots de cigarette. Comment ça se passe ? SUEZ vous explique tout.

Un enjeu mondial

Selon l’organisme de statistique Planetoscope, 137 000 mégots de cigarette sont jetés chaque seconde dans le monde. Converti en année, cela nous amène à 4 300 milliards de mégots jetés chaque année dans la nature. Un constat effarant quand on voit les conséquences d’un tel rejet pour l’environnement.

Un mégot de cigarette contient de l’acétate de cellulose (du plastique), traité au dioxyde de titane. Lorsque l’on fume une cigarette, le mégot se charge également des résidus contenus dans le tabac fumé : goudron, ammoniac, radium et autres merveilles.

Ces substances étant extrêmement polluantes, un mégot peut prendre jusqu’à 12 ans avant de se dégrader complètement, et c’est rarement sans conséquence. Par exemple, lorsqu’un mégot finit dans un cours d’eau, il pollue en moyenne 500 litres d’eau. Une fois multiplié par le nombre de mégots jetés dans la mer chaque année, il s’agit d’une pollution massive, qui touche largement la faune marine.

Recycler et valoriser les mégots, c’est possible !

Même si le recyclage des mégots est encore très peu développé en France, certaines entreprises, comme MéGo ! en Bretagne, travaillent aujourd’hui sur des solutions de recyclage. Pour l’instant, les processus ne sont pas encore parfaitement au point, mais surtout, la quantité de mégots de cigarette pouvant être traitée, par rapport au nombre de mégots jetés chaque jour, est dérisoire. Pour le moment, le recyclage des mégots de cigarette permettrait de les valoriser en plaques de plastique utiles à la construction de mobilier urbain. C’est un procédé déjà réalisé, mais le rendement est encore insuffisant pour le moment.

Faites un tabac, en arrêtant de fumer

Concrètement, le meilleur moyen de limiter la pollution due aux mégots… serait d’arrêter de fumer ! Au-delà de réaliser un très beau geste pour l’environnement, vous feriez également un geste pour votre santé. Malheureusement, arrêter de fumer n’est pas si simple. Pour vous aider dans cette démarche, vous pouvez demander de l’aide à votre pharmacien ou à votre médecin traitant ; participer à des mobilisations collectives telles que le Mois Sans Tabac, organisé tous les ans en novembre. Si arrêter est encore difficile pour vous, veillez dans un premier temps à ne jamais jeter vos mégots dans la nature, mettez-les à la poubelle. Les mégots jetés à la poubelle et dans des cendriers sont triés en filière spécialisée, mais pour l’instant, la seule solution est de les passer à l’incinérateur, où ils polluent largement l’air que l’on respire. Pas de solution magique pour le moment !