Pourquoi interdire les sacs plastiques jetables ?

Déchets plastiques nocifs

En janvier 2016, les sacs plastiques jetables étaient interdits en caisse pour lutter contre la pollution plastique. Deux ans après cette mesure, si de nets progrès ont été réalisés, il reste beaucoup à faire. SUEZ vous dit tout ce qu’il faut savoir sur la pollution plastique et les sacs plastiques jetables.

Des sacs plastiques recyclables pour lutter contre la pollution plastique

L’interdiction des sacs plastiques jetables et la mise en place de sacs réutilisables ou biodégradables partent d’un constat alarmant : avant 2014, environ 17 milliards de sacs plastiques jetables étaient distribués en France chaque année. Ces sacs étaient jetés un peu partout dans la nature, pour finir dans les océans. Un véritable drame écologique, sachant que ces sacs prennent plus de 400 ans à se décomposer entièrement. De plus, le plastique est issu du pétrole, et contient des substances nocives pour l’environnement.

Enfin, le pétrole étant une ressource non-renouvelable, il est impossible de produire des sacs à l’infini, d’où l’importance d’optimiser nos ressources en adoptant des emballages réutilisables ou recyclables.  

Interdiction des sacs plastiques : quel bilan deux ans après ?

En 2015, l’Union Européenne imposait à ses membres de réduire les sacs plastiques jetables à 40 unités par an et par personne en 2025 contre 90 sacs en 2019. Une initiative anticipée par la grande distribution en 2014, qui proposait toujours des sacs plastiques jetables en caisse, mais payants.

Pour éviter les sacs payants, les consommateurs avaient déjà pris l’habitude d’amener leurs propres sacs. Ainsi, en 2002, 10,5 milliards de sacs étaient distribués en caisse, pour 500 millions en 2014. Si le bilan chiffré de l’interdiction des sacs plastiques se fait encore attendre, ce premier bilan du passage aux sacs payants peut nous donner une idée des résultats à espérer.

En attendant les chiffres officiels, plusieurs ONG comme Surfrider ou Zéro Waste ont déjà pu établir quelques constats. Globalement, la grande distribution s’est très bien pliée à l’interdiction. Cependant, les sacs biodégradables proposés pour les fruits et légumes ne sont pas une réussite, car ils portent à confusion : les consommateurs ne savent pas dans quelle poubelle les jeter, quand ils ne les jettent pas dans la nature en pensant que les sacs se dégraderont naturellement, sans polluer.

Du côté des petits commerces et des marchés, l’interdiction est rarement appliquée et on trouve encore énormément de sacs plastiques jetables. De même pour les enseignes de snacking et de vente à emporter, qui proposent encore de petits sacs jetables, en plus des barquettes plastiques qui servent de contenants.

SUEZ s’engage pour l’environnement

Agir pour la santé de l’environnement et la protection des océans est un des engagements pris dans le cadre de la nouvelle Feuille de Route 2017-2021 de SUEZ :  https://www.suez.com/fr/notre-groupe/un-groupe-engage/notre-feuille-de-route-2017-2021  

Le groupe mobilise, en partenariat avec les ONG, ses collaborateurs et les citoyens pour éviter et réduire les rejets de plastiques en mer et généralise la proposition de solutions de traitement des micro-plastiques dans les eaux usées.

Kiosques de collecte qui récompensent les consommateurs pour leur eco-geste, partenariats, mais aussi implantations d’usines spécialisées dans le recyclage du plastique … Chaque jour, chez SUEZ nous nous engageons en proposant des prestations innovantes de collecte, de transport et de traitement des déchets adaptées aux particuliers comme aux professionnels.  

Comme nous, faites un geste pour notre environnement ! Vous avez des encombrants, déchets verts ou déchets de travaux dont vous souhaitez vous débarrasser ? Commandez en toute tranquillité vos prestations en quelques clics sur notre site valoservices !