Les origines du recyclage en France

Le recyclage des déchets est aujourd’hui une véritable préoccupation à l’échelle internationale. En France, le recyclage commence à se développer et à entrer dans la conscience collective, avec une participation du gouvernement, des entreprises et des particuliers, mais ce n’a pas toujours été le cas. Zoom sur les origines du recyclage des déchets en France.

La gestion des déchets avant le XVIe siècle, ça ressemblait à quoi ?

Quand on repense au Moyen Âge, on se rend vite compte que le recyclage n’était pas tout à fait inné chez l’être humain. A l’époque, il était tout à fait normal de jeter ses ordures par les fenêtres ! Problème : les grandes villes comme Paris ou Lyon se retrouvaient noyées sous les déchets, avec les odeurs et les maladies qui vont avec. Après avoir rendu obligatoire la présence d’un trou dans chaque habitation pour enterrer ses déchets, François 1er a mis en place l’usage de paniers pour évacuer les déchets ménagers dès le XVIe siècle.

Les paniers en question étaient ensuite récoltés et amenés vers des décharges en dehors de la ville. On commence alors à trier les déchets organiques des autres, pour les utiliser en engrais dans les champs voisins. Peu après, on voit apparaître le métier de chiffonnier : ils récupèrent chiffons, os, et autres déchets recyclables, qu’ils revendent.

Le développement du recyclage des déchets en France

Au début du XIXème siècle, ce sont les découvertes de Pasteur sur la prolifération des bactéries qui donnent une nouvelle impulsion au recyclage des déchets : les déchets jetés partout sont une des principales causes des maladies qui se répandent à l’époque. Un arrêté gouvernemental interdit alors le dépôt des déchets ménagers sur les voies publiques, en 1870.

En 1883, c’est l’invention de la poubelle, telle qu’on la connaît aujourd’hui. Le gouvernement met alors en place un premier système de tri sélectif, avec des poubelles différenciées pour les matières putrescibles, le verre, les papiers et chiffons, et les faïences.

La guerre change ensuite la donne : pour équiper les soldats, on s’intéresse au recyclage des déchets métalliques pour créer des armes et des équipements de défense. A l’entre-deux-guerres et après la Seconde Guerre Mondiale, les travaux de reconstruction obligent les acteurs du bâtiment à recycler les débris des destructions pour pouvoir reconstruire rapidement et à moindre coût.

La loi du 15 juillet 1975 va poser le cadre du recyclage des déchets en France : les collectivités locales sont responsables de la collecte et de la gestion des déchets, avec l’aide de centres de tri agréés. Enfin, en 1992, la loi Royal oblige chaque commune à valoriser et à recycler ses déchets. Le recyclage moderne est né !

Le recyclage des déchets en 2018, quel bilan ?

Même si de nets progrès ont été faits depuis l’apparition du recyclage des déchets en France, chaque nouvelle loi nécessite un temps de mise en place assez long. Développer de nouvelles infrastructures, faire évoluer les mentalités, et intégrer de nouveaux gestes de tri dans notre vie quotidienne prend du temps.

En 2008, l’Union Européenne avait fixé un objectif de 50% de recyclage des déchets ménagers d’ici à 2020. L’UE recyclait à l’époque 36% de ses déchets, pour atteindre les 45% en 2015. En France, nous sommes arrivés à 39, 5% des déchets ménagers recyclés. Bien que l’objectif ne soit pas encore atteint, ces résultats sont encourageants, et avec la contribution des particuliers et de grandes entreprises œuvrant dans le recyclage comme SUEZ, le recyclage des déchets en France pourrait connaître un bon en avant dans la prochaine décennie.