L’économie circulaire : définition

L’économie circulaire vise à promouvoir une consommation durable, afin de limiter l’exploitation de nos ressources naturelles. Aujourd’hui, cette exploitation est bien trop importante face aux ressources disponibles et il est temps d’agir. Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’économie circulaire et la consommation durable.

L’économie circulaire, c’est quoi ?

L’économie circulaire vise, par définition, à prendre le contre-pied de l’économie linéaire. Par économie linéaire, on entend : extraire, fabriquer, consommer, jeter. Ce mode de consommation puise énormément dans nos ressources naturelles et génère chaque année des quantités astronomiques de déchets. Non seulement les ressources naturelles baissent à vue d’œil, mais la pollution s’accroît de jour en jour.

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) démontre ainsi que, en prenant en compte le développement démographique, l’aspiration des pays émergents à développer un modèle de consommation linéaire, et la croissance de ce mode de consommation dans les pays développés, le niveau de consommation des ressources naturelles d’ici la moitié du XXIe siècle serait inacceptable.

Forts de ce constat, les Français s’intéressent aujourd’hui de plus en plus à l’économie circulaire. Au lieu de jeter, on répare, on recycle, on réutilise pour prolonger la durée de vie de chaque produit, de chaque matière première. Cela permet de freiner la production de “nouveaux produits” qui viendrait puiser dans les ressources naturelles. De plus, l’économie circulaire permet de limiter au strict minimum les déchets générés, et donc la pollution, dans la mesure où chaque produit créé vise à être revalorisé.  

Depuis 2015, l’Europe et le gouvernement français travaillent à la mise en œuvre de l’économie circulaire, avec plusieurs axes d’amélioration identifiés.

L’économie circulaire pour une consommation durable

En France, l’économie circulaire fait partie intégrante de la loi de transition énergétique pour la croissance verte du 18 août 2015. La mise en place de l’économie circulaire comporte ainsi plusieurs axes de travail :

  •         La consommation responsable, qui consiste à peser l’impact environnemental et social de chaque produit que nous sommes sur le point d’acheter, en tant que particulier, ou en tant qu’entreprise, et à prendre une décision en conséquence ;
  •         Le prolongement de la durée d’usage, qui passe par la réparation, le don, la vente ou le rachat de produit en vue d’une nouvelle utilisation ;
  •         L’économie de la fonctionnalité, qui place l’usage devant la possession et qui encourage à vendre des services, plutôt que des biens matériels ;
  •         L’amélioration de la prévention autour du recyclage, afin de mieux le promouvoir et mettre en place une meilleure gestion des déchets. Il s’agit d’encourager l’utilisation des matières premières issues de nos déchets dans notre système économique.
  •         L’écologie industrielle et territoriale, qui doit mettre en synergie les différents acteurs économiques pour favoriser la mutualisation des flux d’énergie, d’eau, de matières ainsi que les infrastructures en vue d’une optimisation des ressources sur un territoire donné ;
  •         L’approvisionnement durable, en prenant systématiquement en compte les impacts environnementaux et sociaux de l’extraction et de l’exploitation des ressources utilisées ;
  •         L’éco-conception, qui consiste à concevoir un produit en tenant compte des impacts environnementaux qu’il peut générer tout au long de son cycle de vie et les réduire au maximum.

Tous ces axes de travail demandent un investissement de l’Etat pour encourager la mise en place de l’économie circulaire. Cependant, les entreprises ont leur part à jouer ainsi que chacun d’entre nous dans notre mode de vie au quotidien, et dans notre mode de consommation pour évoluer vers une consommation durable.