Comment trier les DASRI ?

DASTRI-tri

Le tri des déchets hospitaliers est indispensable pour garantir la sécurité du personnel médical, des patients, de toute la filière d’élimination et pour garantir la santé publique de manière générale. Le tri des DASRI est également crucial pour ne pas nuire à l’environnement. Quelles sont les consignes de tri à respecter ? Comment mettre le tri en place dans votre établissement ? Voici nos conseils.

Pourquoi trier les DASRI ?

Les DASRI, pour déchets d’activités de soins à risque infectieux, sont la responsabilité de leurs producteurs. Les professionnels de santé sont tenus de trier les déchets hospitaliers en séparant les matières biologiques du matériel médical contaminé, et en distinguant les déchets dangereux des déchets sans risques. Chaque type de DASRI doit être jeté dans un bac dédié et sécurisé, séparé des autres déchets hospitaliers. Pour respecter la réglementation, les emballages des DASRI doivent répondre aux normes AFNOR.

Si vous êtes professionnel dans le secteur médical, que ce soit en milieu hospitalier ou en profession libérale de santé, il vous revient d’assurer l’élimination des déchets dangereux dans le respect de la réglementation. Pour que les DASRI soient éliminés comme il se doit, il est impératif qu’ils soient d’abord triés. En effet, on ne va pas détruire de la même façon les déchets des pièces anatomiques et des médicaments dangereux.

Le tri des déchets hospitaliers est une garantie quant à la sécurité de chacun, c’est même une question de santé publique. Le tri des DASRI, c’est aussi un geste pour l’environnement, en s’assurant qu’aucune substance toxique ne soit évacuée de la mauvaise manière. Enfin, ce tri vous permettra de suivre de manière plus précise vos coûts de gestion.

Comment trier les DASRI ?

Pour un tri DASRI efficace, il convient de distinguer trois types de DASRI : les déchets cytotoxiques, les déchets OPCT, et les DASRI classiques. Chaque type de déchet doit être déposé dans un bac spécifique, dont la contenance et la forme sont adaptés aux particularités de chaque déchet (coupant, liquide, mou, volumineux, etc.).

Tri déchets hospitaliers : DASRI, DAOM

Dans les DASRI les plus courants, on compte les déchets qui ont été en contact avec du sang, ou avec des liquides biologiques. On compte aussi les déchets anatomiques humains, et les déchets à impact psycho-émotionnel. Cela peut aussi bien être une poche à perfusion, des compresses, des surblouses, des masques chirurgicaux, etc.

Quand on parle de DASRI, on parle aussi souvent de DAOM (Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères), il est important de faire la différence entre ces 2 types de déchets. Il s’agit par exemple de surblouses, de protections incontinences, ou encore de gants : ces produits peuvent être considérés comme DASRI, s’ils ont été utilisés en soins sur un patient infecté. Par contre s’ils n’ont été utilisés que sur un patient sain, ils peuvent être jetés normalement, comme des ordures ménagères. En cas de doute concernant l’état d’un patient, privilégiez le bac à DASRI.

Les déchets cytotoxiques

Les déchets cytotoxiques sont des DASRI particuliers, qui ne doivent pas être mélangés aux autres déchets hospitaliers. Cela concerne les traitements anticancéreux, qu’il s’agisse de cassettes de chimiothérapie ou d’annexes de perfusion. En raison des substances dangereuses que ces déchets peuvent comporter, ils doivent être triés dans un bac à part, sécurisé par un système de fermeture prévu à cet effet.

Les DASRI OPCT

Les DASRI OPCT (Objets Piquants Coupants Tranchants) font également l’objet d’un tri spécifique. En raison des risques de blessures et d’infections qu’ils présentent, ils doivent eux aussi être jetés dans un bac dédié, solide, à fermeture sécurisée. Les DASRI OPCT ne doivent jamais être mélangés aux autres déchets hospitaliers.